La marche du rêve 2020

19 jours, 142 km

du 22 septembre au 10 octobre 2020
de Saint Amand Tallende (au sud de Clermont, 63)
à Saint Priest Bramefant (près de Randan, 63)

affiche_la_marche_du_rêve_pr_mail_copie

Nous étions six au départ de Saint Saturnin, en ce matin d'automne : six artistes regroupés autour de Nicolas Andrieu, de la Bulle au plafond. Six, avec leur sac sur leur dos, et dans la tête, des contes, des slams, des fables, de la poésie. Six, se connaissant à peine, venant de différentes régions, et d'âges variés, de 25 à 59 ans, mais disposé.e.s à marcher ensemble, à échanger, aux étapes, leur art contre l'accueil des habitant.e.s...

Six et quelques autres, qui nous ont rejoint.e.s le temps d'une étape, ou d'une partie de l'aventure.

 

C'était un projet un peu fou, l'automne était déjà avancé, la campagne auvergnate est peuplée de gens qui, comme en ville, se démènent pour faire tourner le quotidien...

Et puis on sortait à peine d'un confinement, un autre nous pendait au nez.

... Pourtant, soir après soir, le miracle s'est renouvelé. Soir après soir, nous avons rencontré des gens qui nous ouvraient leur porte, nous accueillaient, nous offraient le gîte et le couvert. Village après village, nous revivions ça, le plaisir de tisser ensemble nos mots, notre art, et de l'offrir à celles.eux qui voulaient bien suspendre un peu le temps pour nous écouter.

Bien sûr, nous avons traversé quelques journées froides et pluvieuses, l'hiver a fait semblant d'être précoce, juste pour nous. Bien sûr, certains villages ont gardé leurs portes fermées... Mais quel plaisir quand ça arrivait : la porte qui s'ouvre, l'hôte qui nous sourit. Vous imaginez ? Chaque soir entre six et dix personnes qui arrivent de façon impromptue, et qu'on loge, avec qui partager un repas...

Parfois, ça s'est joué par les réseaux : les ami.e.s d'ami.e.s qui voulaient bien nous offrir une halte, parfois sans connaître directement un.e seul.e d'entre nous. Parfois, la mairie (toutes avaient été prévenues en amont) s'était mobilisée... ou nous avait interdit de passer dans leur commune. Parfois, ça s'est joué sur le parking d'une superette : "Ca vous dit d'accueillir des artistes chez vous ce soir ?" Ou en sonnant à la porte d'une maison éclairée un soir de pluie, ou à la sortie d'une école.

Mais chaque fois, le plaisir renouvelé du partage, de l'échange : du précieux contre du vital, je t'offre du rêve, tu m'offres de quoi passer la nuit au chaud. Les étoiles dans les yeux, les sourires, chez les gens ou sur la place du village, dans telle école ou tel centre aéré, tel lieu d'accueil pour réfugié.e.s. Nos mots, notre art, notre musique, nos improvisations de danse : combien cela s'est révélé vital, pour celle.eux qui écoutaient, et pour nous qui continuons à creuser notre sillon de rêve. Certain.e.s d'entre nous continuent à s'acharner à en faire leur métier...

Soirée finale au château de Bramefant... Magnifique lieu, des tapis de cyclamens en fleur, ami.e.s trapéziste, marionnettiste, clarinettiste en renfort : ce fut un beau bouquet final...

Par les chemins,
de campagne en village, de collines en volcans,
Nous avons marché à votre rencontre.

Dans nos besaces et nos têtes rêveuses : Contes, Fables, Poésies, Marionnettes, Musique.

 

A chaque étape, nous vous avons proposé des spectacles, des veillées et des ateliers,
en échange du gîte et du couvert…

 

Vous étiez sur notre chemin ou pas loin,
si vous aviez un peu de place chez vous ou chez des ami.e.s,
et sil vous est venu le désir d’échanger avec nous un moment de poésie et de rêve...

MERCI !

Voici les noms et liens de quelques-unes des autres compagnies ayant participé à ce projet :

Porteuse du projet :

La Bulle au plafond
 

Marcheur.euse.s :

La Compagnie Nomad’yconte

Les Fables du Pistil

Les Petits Contes

Laurianne,  Naturaleza

Compagnie La Balançoire

Sophie et Olivier

Les salles sont fermées,

les sourires sont cachés,

nous sommes un petit groupe d'artistes

qui avons décidé de faire un pas de côté,

de prendre le vent et de choisir la lenteur...

étapes seules.jpg